Loading

Centre Libanais des Droits Humains (CLDH)

walasmar@disparitions-euromed.org

Contact : Wadih Al-Asmar, Secrétaire Général du CLDH, Trésorier et Membre du CA de la FEMED

Le CLDH (Centre Libanais des Droits Humains) est la structure libanaise officielle qui reprend au Liban les activités locales du Mouvement franco-libanais SOLIDA (Soutien aux Libanais Détenus Arbitrairement) basé en France. SOLIDA est une organisation de défense des droits de l’Homme membre du Réseau Euro Méditerranéen des Droits de l’Homme (REMDH) qui depuis 1996 est active dans la lutte contre la détention arbitraire, les disparitions forcées et l’impunité des auteurs de violations graves des droits de l’Homme.

Le CLDH a été créé à Beyrouth en octobre 2006 par l’équipe de SOLIDA assistée de défenseurs des droits de l’Homme locaux, et poursuit les objectifs suivants:

- lutter contre les disparitions forcées de citoyens libanais (et des personnes résidant habituellement au Liban) ;

- lutter contre la détention arbitraire ;

- lutter contre l’impunité des auteurs de violations graves des droits de l’Homme.

 


SOLID

solidlb@inco.com.lb

Contact : Ghazi Aad, Président

SOLID (Soutien aux Libanais en Détention) est une association de familles de disparus libanais qui, dès 1989, lançait une campagne pour recueillir des informations afin de documenter les cas de disparitions forcées. A travers ses activités, telles que la rédaction de rapports ou de conférences de presse, et le soutien de nombreuses ONG internationales, l’association exige des autorités libanaises et syriennes que tout la Vérité soit faite sur les disparitions forcées dont été victimes plusieurs milliers de personnes.

 

 


Comité des familles de personnes disparues ou kidnappées

kidnapped961@yahoo.com

Contact : Wadad Halwani, Présidente

Le Comité des Parents des Personnes Enlevées ou Disparues au Liban est une organisation non gouvernementale, qui s’est constituée le 17 novembre 1982. L’association est formée des mères, pères, épouses, enfants, frères et sœurs des personnes enlevées ou disparues durant la guerre qui a débuté le 13 avril 1975 au Liban. A l’arrêt des hostilités, leur nombre était estimé à 17 000.