Loading

Les missions de plaidoyer ont pour objectif d’aller à la rencontre de représentants d’organisations internationales et d’Ambassades dans des capitales ciblées afin de présenter la FEMED, ses associations membres, la réalité des disparitions forcées dans la région, la Convention et d’autres thèmes d’actualité.


Genève

Novembre 2008

Dans le cadre de son plan d’action, la Fédération a entrepris de sensibiliser l’opinion publique nationale et internationale sur la pratique des disparitions forcées. Ainsi, une délégation de la FEMED, composée de Nassera Dutour, Présidente, et de Rachid El Manouzi, Secrétaire-Général, a effectué une mission à Genève les 27 et 28 novembre 2008 (cf. la photo à droite de la délégation de la FEMED au Palais Wilson, à Genève, avant un rendez-vous avec les experts-membres du Groupe de travail sur les disparitions forcées ou involontaires.)

La FEMED a ainsi estimé qu’il était important de rencontrer le Groupe de travail sur les disparitions forcées ou involontaires (ci-après « le GTDF ») qui tenait à Genève sa 86e session ainsi que des représentants du Haut-commissariat aux droits de l’homme (ci-après « le HCDH »). La FEMED a ainsi demandé au GTDF d’effectuer des « visites pays » dans les Etats de la région euroméditérranéenne. Cette demande a eu un écho certain dans la mesure où le GTDF tiendra une session au Maroc à la fin du mois de juin 2009. La Fédération a aussi considéré qu’il était pertinent de présenter la FEMED aux différentes missions permanentes présentes à Genève, de leur exposer la situation des disparitions forcées dans le pourtour euroméditérannéen et de les sensibiliser sur la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contres les disparitions forcées (ci après « la Convention »). Par ailleurs, certaines associations œuvrant pour le respect des droits de l’homme et luttant contre les disparitions forcées dans la région euroméditerranéenne ont aussi été contactées afin de poursuivre la collaboration initiée par la FEMED en vue du renforcement des liens entre les différentes organisations de la société civile de la région.

D’une manière générale, au cours de ces rencontres, la FEMED, en tant que nouvelle organisation, ainsi que les nombreuses activités qu’elle a pu réaliser depuis sa création, ont été saluées. Tous les interlocuteurs de la FEMED ont aussi insisté sur l’importance de la Convention dans la lutte contre les disparitions forcées.

Mars 2009

La FEMED a effectué, en mars 2009, une nouvelle mission à Genève afin de renforcer les contacts déjà établis auprès des missions permanentes, du Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme et du Comité international de la Croix-rouge. Lors de cette mission, la FEMED a aussi apporté son soutien à la Conférence internationale organisée par son association membre, le Collectif des Familles de Disparus en Algérie.

Novembre 2010

Le 4 et le 5 novembre 2010, une délégation de la FEMED s’est de nouveau rendue à Genève. La FEMED a choisi de mener cette mission de plaidoyer à cette période, afin de coïncider avec la tenue de la session du Groupe de travail sur les disparitions forcées ou involontaires (GTDF) qui tenait sa 96ème session et qui célébrait d’autre part son 30ème anniversaire.
La délégation de la FEMED était composée de représentants du Comité des familles de disparus (Maroc), de l’Association des parents et amis de disparus au Maroc, du Forum marocain pour la vérité et la justice et de l’association turque YAKAY-Der,

Une série d’entretiens a été organisée avec le chef et la chargée des droits de l’homme de l’Unité Maghreb Moyen-Orient (MENA) et la cheffe de l’Unité de la société civile du Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme (HCDH) ainsi qu’avec les experts indépendants du GTDF et la chargée des droits de l’Homme auprès du secrétariat des procédures spéciales des Nations Unies.

Au cours de ces entretiens, les représentants des associations membres de la FEMED ont évoqué la situation propre à leur pays. En Algérie, la situation est très difficile et la liberté d’association est sans cesse limitée notamment par des textes de lois de plus en plus liberticides. La situation au Maroc n’est guère mieux. En effet, l’élan d’espoir apporté par l’IER aux associations de familles de disparus n’a été suivi d’aucun résultat concret. Enfin, en Turquie, les défenseurs de la cause des disparus et des droits de l’Homme rencontrent de nombreuses difficultés. Ces derniers sont à l’heure actuelle accusés de terrorisme et sont emprisonnés.

La FEMED a clôturé sa mission en participant à la cérémonie commémorant le 30ème anniversaire du GTDF qui s’est déroulé au Palais des Nations. Cet évènement à rassemblé un important panel d’experts en la matière ainsi que des représentants d’associations de famille de disparus.

Mai 2017

La FEMED a mené en partenariat avec son association membre, libyenne Human Rights Solidarity (HRS), une mission de plaidoyer à Genève les 10 et 11 mai 2017 en marge de la 112ème session du Groupe de travail sur les disparitions forcées ou involontaires (GTDFI).  Deux représentants de HRS, Giumma El Omami, président de l’association membre, Khaled Saleh et le Dr. Jamal Zubia, une victime libyenne de disparitions forcées par le gouvernement de Libye et ex-directeur général et coordinateur des médias internationaux au ministère des Affaires étrangères libyens, accompagnés du Vice-président de la FEMED, Rachid El Manouzi et Christine Soliman, chargée de programme, ont constitué la délégation de la FEMED.

Au cours de cette mission, la FEMED a relayé les revendications des associations membres de la FEMED qui n’ont pas participé à cette mission de plaidoyer sur le droit à la Vérité et à la justice. La délégation a soumis des cas de disparitions forcées et a pérennisé ainsi ses liens avec le Haut-commissariat aux droits de l’Homme et le GTDFI.

Un nombre important de rencontres et de rendez-vous a eu lieu avec des différentes instances onusiennes : Conseil des Droits de l’Homme, les groupes de travail, le secrétariat du Comité sur les disparitions forcées, les rapporteurs spéciaux sur la détention arbitraire et sur la liberté d’association et de rassemblement pacifique ainsi qu’avec le Desk Officer Libye et la mission permanente de la Suisse auprès des Nations Unies.


Strasbourg

En Avril 2010, une mission a été conduite par Rachid El Manouzi, Secrétaire Général de la FEMED et Cemal Bektas, président de l’association turque YAKAY-Der auprès du Conseil de l’Europe.

Cette mission a été organisée pour adresser particulièrement la situation des droits de l’homme en Turquie, Etat Partie régulièrement condamné par la Cour européenne des droits de l’homme. L’un des intérêts de ce déplacement de la FEMED Strasbourg était également de nouer des contacts avec cette organisation régionale en vue d’un échange futur d’informations.

Les membres de la délégation ont pu présenter l’organisation et la situation des disparitions forcées dans les Etats euro-méditerranéens, Parties au Conseil de l’Europe, à un membre du Secrétariat du Comité européen des droits sociaux, au Secrétaire de la Commission des questions juridiques et des droits de l’Homme, aux membres de la Délégation parlementaire suisse au Conseil de l’Europe, au représentant de la Direction générale des Affaires politiques, Division des ONG et de la Société civile, aux représentants permanents de la Bosnie-Herzégovine et de Chypre auprès du Conseil de l’Europe, à un membre du Secrétariat du Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants (CPT), au Chef de service au sein du Greffe de la Cour Européenne des droits de l’Homme et à l’adjoint du Directeur du Bureau du Commissaire aux Droits de l’Homme. Fonctionnaires et diplomates ont été aussi sensibilisés sur la nécessité de ratifier la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées.

Cette visite à Strasbourg a été très positive et a ouvert des débouchés pour nos amis turcs pour l’avenir.

-


Madrid

A l’occasion de la présidence espagnole au Conseil de l’Union Européenne, une délégation de la FEMED s’est rendue en Espagne du 2 au 4 juin 2010. Cette mission était organisée en partenariat avec SODEPAU.
Le but de cette mission de plaidoyer était de soulever la question des disparitions forcées dans la région euro-méditerranéenne et particulièrement en Espagne, avec les autorités nationales et provinciales.

A Madrid, la FEMED a rencontré les représentants de plusieurs divisions du Ministère des Affaires Etrangères – les Division Maghreb, Méditerranée et Proche-Orient et Droits de l’homme -  avant de se rendre à Barcelone où les a rejoint Nuria Gallach de l’association catalane membre de la FEMED, l’Associació per a la recuperació de la memòria històrica de Catalunya. La délégation a pu ainsi s’entretenir avec la Directrice et le Chargé de mission du programme de la coopération internationale, de la solidarité et de la paix de la Mairie de Barcelone, avec le directeur de la Zone Méditerranéen et Asie de l’Agence catalane de Coopération pour le développement (ACCD) et le Directeur de l’Institut des droits de l’homme de Catalogne (IDHC).

Pour les trois années à venir, la FEMED continuera ses missions de sensibilisation en se rendant périodiquement à Genève mais aussi dans différentes capitales européennes et de la région.