Loading
×

L’association Shpresimi- pour aider les familles de disparus, victimes de la guerre à Suhareka.


Le 27 Avril 2013 a marqué le  quatorzième anniversaire des massacres qui ont été commis à Meja de Gjakova, au Kosovo. Ce jour représente celui où le plus grand nombre de crimes ont été commis : 377 albanais ont été tués par la police et les forces militaires serbes.

Cette commémoration a réuni un grand nombre de familles des disparus venant de toutes les régions du Kosovo.  Les autorités publiques étaient également présentes : le président du Kosovo Atifete Jahjaga, le maire de Gjakova Pal Lekaj les représentants des institutions locales et internationales, ainsi que toutesles personnes concernées par le sort des personnes disparues.

Lors de ce rassemblement, le président du Kosovo Atifete Jahjaga s’est adressé aux familles des disparus et a promis que les institutions du Kosovo et les institutions  internationales ne s’arrêteront  pas  tant que tous les criminels soient traduits en justice. Pour ceux qui ont perpétré des massacres, il n’y aura aucune amnistie. Les crimes qui ont été commis constituent de graves violations de droits de l’homme. Ils ont touché un grand nombre de personnesde tout âge, n’épargnant pas même les enfants ou les personnes âgées. Les oppresseurs ont tout fait pour encourager le déplacement et le nettoyage ethnique afin de frapper nos cœurs en massacrant et en kidnappant nos proches, voulant nuire et mettre un terme à la liberté, l’indépendance et la démocratie. 

Pal Lekaj, le maire de Gjakova, a réclamé aux institutions locales et internationales qu’ils mettent tous leurs moyens en œuvre  pour que le sort des personnes disparues soit découvert et qu’elles reposent en paix dans leur propre pays. Il s’est adressé au peuple en disant : « Je comprends la colère et l’impatience des membres des familles de victimes. En effet, nous avons assez enduré, nous avons vécu les crimes des membres de nos familles, l’expulsion massive, nous sommes sortis d’une destruction économique. Nous avons le besoin de nous reconstruire afin de recommencer une vie. Vous méritez bien plus encore ».

Lors de ces discours, les représentants gouvernementaux, les parlementaires et les membres de famille des personnes tuées ont chacun pris la parole. 

Tous se sont retournés vers les représentants des institutions internationales et ont demandé que celles-ci  exercent plus de pression sur la Serbie et que l’Etat serbe  fasse enfin la lumière sur le sort de 1750 personnes portées disparues et qui n’ont toujours pas été retrouvées depuis 14 ans.

Nous allons continuer à travailler pour résoudre le sort des disparus et ce, jusqu’à la dernière personne. Cela est une obligation, mais nous sollicitons la coopération des citoyens afin de fournir des informations qui nous conduiraient sur les lieux où les crimes ont été perpétrés.

Enfin, durant cette commémoration, les responsables de l’Etat ont promis aux familles  qu’un édifice commémoratif des 380 martyrs  "la prairie du deuil" sera bientôt construit à Meja - Gjakova.

LE 27 AVRIL, COMMEMORATION  DU JOUR DES PERSONNES DISPARUES 

L’association “Shpresimi” Suharekë
Halit Berisha, Destan Berisha

PDF :
علامات

العناصر الأخرى في FEMED