Loading
×

TURQUIE : Découverte de fosses communes.


Les ossements d’au moins 12 personnes, de la plupart des civils, ont été découverts dans une fosse commune au Kurdistan de Turquie, à l’occasion d’une enquête sur le sort de Kurdes portés disparus depuis des années 1990.

Plus de 30 fosses communes ont été découvertes jusqu’à présent, selon les organisations des droits de l’homme. Neuf jeunes avaient quitté leurs familles en 1999 pour rejoindre les rangs du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) dans la région de Bitlis mais ces jeunes sans armes, tués par l’armée turque, ont été trouvés 10 ans après dans un terrain de décharge publique, une atrocité déniée par les autorités jusqu’à ce jour.

Lors d’une enquête saisie par des familles de disparus, sur 36 combattants disparus du PKK, le procureur de Mutki, une ville de la province de Bitlis, peuplée de Kurdes, a ordonné mercredi le 5 janvier le lancement de recherches dans un terrain vague servant de décharge publique à la sortie du bourg.

EXECUTION EXTRAJUDICIAIRE :

Les corps de 12 personnes, dont 9 jeunes sans armes et 3 guérillas du PKK, ont été exhumés dans la première zone où des excavations ont été effectuées, selon l’Association des droits de l’homme (IHD). 
Le président du barreau de Bitlis, Enis Gül, présent sur les lieux en qualité d’observateur a déclaré: "Les ossements ont été mis en sécurité, pour le moment des excavations ont été effectuées sur une seule zone". Serdar Celebi, l’avocat membre d’IHD a ajouté: "Nous avons fait des recours pour différents lieux mais on ne sait pas encore s’il y aura des nouvelles excavations".

La délégation d’IHD présente sur les lieux a qualifié la découverte de cette fosse commune "d"exécutions extrajudiciaires". Des fouilles similaires ont abouti à l’exhumation en 2009 d’ossements humains et de vêtements dans la province de Sirnak, ville kurde. Elles ont conduit à l’ouverture en septembre du procès de sept prévenus, dont un colonel de gendarmerie, accusé d’avoir participé aux exécutions sommaires de 20 personnes dans les années 1990. Plusieurs plaintes ont été déposées par des familles de disparus et l’Association des droits de l’homme contre les anciens dirigeants turcs, dont l’ancien président turc Suleyman Demirel, l’ancien premier ministre Tansu Ciler. A la suite des aveux de Atilla Kiyat, vice-amiral d’escadre en retraite. "Les meurtres politiques non élucidés (faili meçhul en turc) étaient une politique de l’Etat entre les années 93 et 97" a-t-il avpué.

Au moins 31 fosses communes ont été découvertes par les organisations de défense des droits de l’homme et les habitants de la région kurde avec l’aide de PKK. Les habitants ont découvert en septembre 2010 deux fosses communes à Diyarbakir, chef lieu de la région kurde, où des vêtements et des ossements de membres du PKK ont été trouvés. D’après des témoins, les corps ont été brulés et abandonnés par l’armée après des violents combats entre 1993 et 1998 près de Zera, un village dans la région de Diyarbakir.

La justice n’a pas encore ordonné des travaux d’exhumation. Onze autres corps, tous des membres du PKK, ont été exhumés le 9 juin 2010 dans un village de Gercus, une ville de la province de Batman. Numan Amed, un témoin, combattant du PKK a déclaré: "Ils avaient été tués en 1995 lors d’un affrontement avec l’armée turque. "L’armée turque a attaqué quinze guérillas avec des milliers de soldats, appuyés par des tanks, avions de combats et des hélicoptères. Le combat a duré pendant plusieurs heures et au début, quatre guérillas ont perdu la vie. Ces derniers ont été trainé, puis écraser par des tanks. Des hélicoptères de type Cobra ont été dépêchés de la ville de Sirnak, et onze guérillas ont perdu la vie au bout de 11 heures de combat".

Son témoignage avait permis la découverte de la fosse commune et l’identification des corps. Au total, 15 guérillas kurdes ont perdu la vie et ils ont été enterrés dans 3  lieux différents, selon Amed. "Sari Selim, un guérilla commandant de la région Mardin, a perdu aussi sa vie lors de cet affrontement. Sa tête a été coupée par un soldat et son corps sans tête a été trainé par terre attaché derrière un véhicule militaire dans les villages Silebin, Midelbe et Baminire de Gercus " avait poursuivi le témoin. 

La Turquie a connu l’existence de fosses communes en 1989, révélée en par un journaliste kurde. Kasaplar Deresi (Ruisseau des Bouchers), un lieu de décharge de l’armée, dans la province de Siirt, a été la première fosse commune découverte dans laquelle 9 personnes ont été exhumées selon les autorités. Cependant, les noms d’au moins 73 autres personnes enterrées dans cette fosse commune ont été révélés.

Les guérillas tuées lors des affrontements où des gens enlevés par les forces de l’ordre et ont été jetés avec leurs vêtements à Kasaplar Deresi, parfois par des véhicules d’ordures, selon des témoins.

Plus de 100 corps qui se trouvent dans cette fosse commune, n’ont tours pas été exhumés depuis plus de 20 ans.

05 Janvier 2011

Maxime Azadi : http://blogs.mediapart.fr/blog/maxime-azadi/050111/decouvertes-de-fosses-communes-en-turqui

PDF :
Tags :

Autres articles de la FEMED